LABEL TEXTILE UE: DES PIERRES POUR DU PAIN?

Label européen pour les textiles : des pierres pour du pain ?

par Peter Malaise

Des militants affirment que le nouveau label écologique européen relatif à l’impact environnemental des textiles n’est pas assez strict (The Guardian 14.10.2021). Le système de mesure élaboré en 2013 est trompeur, obsolète et non conforme aux objectifs climatiques de l’UE, affirme la campagne Make the Label Count. Les fibres issues de matières premières fossiles, telles que le polyester, l’acrylique et le nylon, obtiennent un score nettement supérieur à celui des fibres issues de matières premières renouvelables (telles que le chanvre, le lin, le coton, la laine, la soie et la ramie) en raison des règles boiteuses du système actuel, selon Dalena White de l’Organisation internationale du textile de la laine. Cela est dû au fait que trois aspects essentiels ont été omis de l’évaluation :

  • Le caractère renouvelable des matières premières,
  • La dégradabilité en fin d’utilisation,
  • La contribution à la pollution par les microplastiques.

La question est donc de savoir si l’industrie a joué un rôle dans cette affaire. Les scheiks du pétrole, les producteurs de fibres synthétiques, les fabricants de vêtements, les chaînes de magasins ? Cela me donne le même mauvais goût que celui que j’avais lorsque le label écologique pour les détergents a été développé, à partir de 1993. J’ai participé au comité ad hoc pour ce label, et l’industrie de l’époque – alors déjà beaucoup plus grande et plus puissante que l’industrie textile – a fait tout ce qu’elle pouvait pour contrecarrer l’initiative. Les arguments les plus insensés ont été utilisés pour mettre le label des bâtons dans les roues et le transformer en une coquille vide. Les premiers à être touchés ont été les experts engagés du ministère allemand de l’environnement : ils sont “tombés à la renverse”, ils ont été promus à l’écart. Le label ne devait pas être plus strict que la législation existante (beaucoup trop laxiste). Toutes les propositions ultérieures ont été sabordées par les représentants de l’industrie : les consommateurs étaient trop stupides pour comprendre les complexités du sujet, il ne fallait donc pas trop d’informations sur les étiquettes – et en tout cas, il n’y avait pas suffisamment de place. Certaines matières premières pétrochimiques ont été approuvées en plénière sans aucune discussion. On était assis et on a regardé. En 2003, le résultat de tout cela a été triple :

  • Dix ans après le lancement de l’initiative, pas un seul produit de lavage ou de nettoyage ne portait le label écologique de l’UE ;
  • Les administrateurs de l’UE ont contacté la société où je travaillais à l’époque et ont demandé si nous avions encore un dossier complet sur le projet, pour la fête d’anniversaire, car le leur avait disparu après un déménagement…
  • …et même aujourd’hui, il n’est pas facile de trouver les informations complètes sur les détergents et les produits de nettoyage portant un label écologique de l’UE dans le bon format, et souvent pas sans s’identifier, ce qui est illégal.

En outre, le label écologique de l’UE pour les détergents et les produits de nettoyage reste une construction en papier.

  • Après 28 ans d’existence du label écologique de l’UE, il n’y a toujours pas d’exigence en matière de matières premières renouvelables, ni d’interdiction ou de suppression progressive des matières premières fossiles,
  • Des dizaines de molécules sont encore autorisées alors qu’elles ne sont pas acceptables du point de vue de la santé et de l’environnement,
  • La biodégradabilité totale n’est pas encore une exigence,
  • Personne ne contrôle jamais, le label est attribué et renouvelé sur la base de documents, d’un test de nettoyage bâclé et d’un test de biodégradabilité minimal.

34 ans après le rapport-Brundtland Notre avenir à tous, rien n’est encore fait en matière de développement durable. Un délai après l’autre, une règle après l’autre, sont essorés et dilués de manière excessive. Le label écologique de l’UE pour les textiles semble dormir dans le même lit de roses : pas de matières premières renouvelables et pas de dégradabilité requise, à quoi s’ajoute la pollution acceptée des microplastiques – alors qu’il existe une approche complètement différente. Plus encore qu’auparavant, la situation environnementale désastreuse nous oblige à abandonner le manque de sens des responsabilités du XXe siècle et à réfléchir non seulement à ce que nous faisons, mais aussi à la manière dont nous le faisons. Il en va de même pour les textiles et les fibres qui les composent que pour les autres produits de consommation. Depuis les années 1950, la principale matière première actuelle des textiles est le pétrole fossile ; dans une faible mesure, d’autres matières premières fossiles comme le charbon et le gaz naturel. Mais les matières premières fossiles sont limitées, elles ne poussent pas et nous ne pouvons pas les fabriquer. De plus, nous avons réussi à épuiser la base de ressources fossiles après quelque 200 ans d’utilisation. L’ensemble de cet approche vise à justifier une situation inacceptable existante et à nous la vendre comme « normale », avec un gros cachet officiel ; des pierres pour du pain. À quoi sert un label écologique s’il ne fait que confirmer une situation boiteuse existante ? Il me rappelle un personnage de vaudeville notoire du 19ème siècle, le bourgeois Joseph Prudhomme. Il déclarait invariablement : « C’est mon opinion, et je la partage ! ». Une pure salade de mots papale, beaucoup de bla-bla et peu de boum-boum, selon Greta Thunberg. Qu’un groupe de personnes se lève enfin et dise : ça suffit. Soit on a un label textile avec des critères sérieux – soit pas de label du tout. C’est assez bien comme les vêtements de l’empereur….